Chargement en cours
MENU

Qui sommes-nous ?

 

Contributeurs du site :

 

Alain Guy, Psychanalyste, enseignant sur le jeu et joueur.

 

Pierre Perret, Animateur de la ligne « misez sur vous »

0800 11 33 90.

Ancien joueur dépendant modéré, par ailleurs directeur de communication d’un casino durant dix ans, il a voulu mettre à profit son expérience pour apporter des services supplémentaires et nouveaux aux joueurs en difficultés.

Fondateur de l’Institut du Jeu Excessif en 2005, Pierre anime la ligne d’assistance téléphonique « misez sur vous » dédiée aux joueurs en difficultés et à leur entourage (812 appels en 2015). En 2015, IJE a organisé le premier stage d’accompagnement collectif pour joueurs, une première en France, qui s’est traduite par des résultats très positifs et encourageants pour l’avenir.

 

DU TAC AU TAC 

C’est bien ou c’est mal de jouer ?

PP : On s’en fiche ! Le sujet n’est pas là, le jeu ne peut se situer dans le seul cadre de la morale car il a été conçu justement  pour s’en évader et se distraire face au sérieux et à l’ennui de la réalité. En soi, le jeu n’est donc ni bon ni mauvais ; en revanche, il a une capacité à « faire du bien » et à « faire du mal » et souvent en même temps faisant du joueur un véritable paradoxe vivant.

Quel est le problème majeur à jouer alors ?

Garder un cap ! Ce cap est d’autant plus difficile à maintenir qu’au départ le joueur ne poursuit pas de véritable objectif. Le joueur prend le jeu plutôt à la légère ; ce qu’il ignore -ou alors ne le prend pas assez en compte-, c’est la puissance de séduction du gambling qui apporte au joueur des récompenses narcissiques, des gratifications, qui vont lui être utiles et dont il va avoir besoin pour se sentir mieux exister. Le jeu est tellement puissant que le joueur se retrouve tiraillé entre les effets positifs du jeu, ses effets vitalisant,et l’impact négatif du jeu dans sa vie quotidienne. Donc, le gambling donne facilement le tournis et n’est pas du tout à prendre à la légère ! Mieux vaut le savoir à l’avance car, face à une discipline aussi risquée,  les questions de bon usage viennent forcément au premier plan.

Un seul conseil à donner aux joueurs ?

Si possible, ne jamais paniquer…la colère et l’impatience sont de très mauvaises conseillères pour le joueur qui va être poussé à prendre des risques toujours plus élevés pour se prouver au bout du compte qu’il avait raison d’insister. Dans le jeu, il faut apprendre à gérer plutôt que se placer en position de lutte et décréter d’un coup d’un seul qu’on ne jouera plus ou qu’on doit absolument « se refaire » au plus vite ; cela ne marche pas !